INFORMATION

Les députés de la XVIe législature ont jusqu'au 22 août 2022 pour déposer leurs déclarations. Assistance au 01 86 21 94 97.

 

La Haute Autorité prend la présidence du Réseau pour l’intégrité

L’Institut national de transparence, d’accès à l’information et de protection des données privées mexicain (INAI) a organisé la deuxième session plénière du Réseau à Mexico les 10 et 11 décembre 2018. Ces deux journées ont été l’occasion de revenir sur les actions menées depuis la création du réseau à Paris le 9 décembre 2016, en marge du sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement ouvert.

La Haute Autorité, qui assurait jusqu’au 10 décembre la vice-présidence du Réseau a succédé à l’INAI à la présidence. L’Agence nationale d’intégrité roumaine (ANI) en assurera désormais la vice-présidence à ses côtés. Au-delà de cette passation, la première journée a permis de revenir sur les deux premières années d’existence du Réseau ce qui a été l’occasion de rappeler que l’initiative s’est élargie à un membre en 2017 et deux nouveaux observateurs en 2018. En outre, le Réseau a également vu sa visibilité s’accroitre grâce aux ateliers et panels créés en marge d’événements d’organisations ou d’initiatives internationales, à l’image du séminaire du travail du Réseau organisé à Paris par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, avec le soutien de l’OCDE, en mars 2018 ou des panels lors du sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement ouvert à Tbilissi en juillet 2018 et de la conférence internationale anticorruption de Copenhague en octobre dernier.

Au cours de l’année 2018, trois groupes de travail ont été créés respectivement sur l’éthique dans le secteur public, les outils numériques et l’open data pour promouvoir la transparence et l’intégrité et les initiatives anticorruption internationales. Chaque groupe a pu faire un rapport sur les objectifs poursuivis et l’avancée de ses travaux. Les trois groupes ont décidé de produire des publications à destination des membres qui devraient être diffusées en 2019. La Haute Autorité fait office de rapporteur pour le groupe de travail sur le développement d’outils numériques et l’open data pour la transparence et l’intégrité. Emilie Cazenave, responsable des partenariats internationaux, a présenté le rapport d’activité de ce groupe qui a été suivi d’une discussion qui viendra nourrir et renforcer les réflexions entamées. En outre, pour clore cette première journée, Alice Bossière, secrétaire générale adjointe, a présenté la feuille de route de la Haute Autorité et de l’ANI pour les deux prochaines années. Les activités à mener sont dans le prolongement des actions mises en œuvre au cours des deux premières années, avec une volonté de lancer de nouveaux projets et de débattre de sujets essentiels pour les membres, encore peu abordés, tels que les conflits d’intérêts, l’influence et la régulation du lobbying.

Un événement public a été organisé au cours de la deuxième journée. Après la cérémonie d’ouverture, Alice Bossière a délivré un propos centré sur la notion d’intégrité et le caractère intégrateur des politiques d’intégrité, en France comme au sein des autres pays représentés au sein du Réseau, mais également au niveau international. Cinq panels se sont ensuite succédé pour revenir sur les missions, défis et résultats des membres du Réseau et les analyses de représentants d’organisations internationales. L’ensemble des panélistes a rappelé le climat de défiance qui règne à l’égard des responsables publics sur tous les continents, la nécessité de mettre pleinement en œuvre les dispositions législatives et réglementaires et d’améliorer les dispositifs nationaux d’intégrité publique. La coopération avec les acteurs de la prévention et de la lutte contre la corruption, mais aussi avec les services anti-blanchiment reste essentielle à la pleine mise en œuvre des missions des membres du Réseau. Ces derniers ont souligné également l’importance de cette initiative singulière et spécifique au sein de laquelle ils peuvent librement échanger sur leurs outils, leurs procédures, les obstacles auxquels ils sont confrontés mais aussi leurs résultats. Enfin, le nécessaire engagement des citoyens et de la société civile a été rappelé pour assurer une véritable évolution culturelle en matière d’intégrité publique.

Quelques jours après les célébrations de la journée internationale de lutte contre la corruption, les membres du Réseau ont donc renouvelé leurs engagements à poursuivre leurs échanges et leur réflexion en matière de transparence, d’éthique et d’intégrité publique. La Haute Autorité poursuivra dans les tous prochains jours l’animation des échanges réguliers au sein du groupe de travail sur les outils numériques. La prochaine session plénière aura lieu dans deux ans, à Paris, pour clore la présidence de la Haute Autorité du Réseau pour l’intégrité.

haut de page
haut de page
CE MOTEUR DE RECHERCHE NE PERMET PAS D'ACCÉDER AUX INFORMATIONS CONTENUES DANS LES DÉCLARATIONS DES RESPONSABLES PUBLICS OU DANS
LE RÉPERTOIRE DES REPRÉSENTANTS D'INTÉRÊTS.