COVID-19

Extension des délais de dépôt

Les responsables publics et représentants d’intérêts qui devaient déposer une déclaration entre le 12 mars et le 23 juin inclus pourront le faire jusqu’au 24 août > En savoir plus

 

19ème conférence annuelle des Partenaires européens contre la corruption (EPAC/EACN)

Du 10 au 12 décembre 2019, se tenait à Stockholm, en Suède, la 19ème conférence annuelle du réseau des partenaires européens contre la corruption (EPAC/EACN). Créé en 2001, ce réseau réunit de façon informelle des autorités de lutte contre la corruption et des organismes de contrôle des forces de police des Etats membres de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe. Plus d’une centaine de participants étaient rassemblés sous le thème « Comprendre les mécanismes de la corruption, défis mondiaux et mesures préventives ».

L’évènement s’est ouvert sur une présentation des autorités suédoises engagées dans la lutte contre la corruption, avec la présence du ministre de l’intérieur, Mikael Damberg. Il s’est poursuivi sur les perspectives internationales, avec notamment l’intervention d’Europol, de l’Office européen de lutte antifraude et de l’Office des Nations unions contre la drogue et le crime. Le deuxième jour a permis des échanges opérationnels entre les participants, en particulier grâce à la présentation de plusieurs projets concrets récemment conduits au niveau national.

Dans ce cadre, Marie Lintzer, responsable des partenariats internationaux, est intervenue pour présenter les missions de la Haute Autorité et plus particulièrement le dispositif de prévention des conflits d’intérêts dans la sphère publique. Elle est également revenue sur le contrôle des allers-retours public-privé des responsables publics et le travail de conseil déontologique de la Haute Autorité.

A l’issue de la conférence, de nouveaux membres, y compris l’Agence de protection des lanceurs d’alertes des Pays-Bas, l’Agence nationale anti-corruption de la police de Suède, et le Directorat général de la protection intérieure de Roumanie, ont adhéré au réseau. Enfin, les participants ont adopté la « déclaration de Stockholm » qui incite les membres du réseau à poursuivre leurs efforts de coopération et d’échanges de bonnes pratiques. Elle revient également sur le besoin nécessaire d’indépendance des autorités anti-corruption et des organismes de contrôle des forces de l’ordre.

haut de page
haut de page
CE MOTEUR DE RECHERCHE NE PERMET PAS D'ACCÉDER AUX INFORMATIONS CONTENUES DANS LES DÉCLARATIONS DES RESPONSABLES PUBLICS OU DANS
LE RÉPERTOIRE DES REPRÉSENTANTS D'INTÉRÊTS.